Liste des actualités

Côte d'Ivoire, la Françafrique, Partie 2 Posté le 19/04/2018 - Par Admin 1 Histoire

Côte d'Ivoire : la Françafrique, encore et toujours ?
Partie 2
(Par La Chaîne citoyenne - Guerre & Paix #3)
 
 
 
Vidéo mise en ligne par Guerre & Paix le 16 avril 2018 ; durée : 1 h 54
 
Emission en deux parties présentée par Olivier Mukuna et Raphaël Berland.

 

Invités :
- Bernard Houdin, ancien Conseiller de Laurent Gbagbo, auteur du livre "Les Ouattara, une imposture ivoirienne".
- François Mattéi, journaliste et écrivain, auteur d'un livre d'entretiens avec Laurent Gbagbo : "Pour la vérité et la justice".
- Charles Onana, journaliste et écrivain, auteur de "Côte d'Ivoire : le coup d'état".
 
 

Il y a 7 ans, le 11 avril 2011, c'est le jour où les peuples africains perdirent une de leurs batailles pour l'indépendance réelle et l'instauration d'une authentique démocratie.
 
C'est le jour où, au terme d'un long processus de déstabilisation de la Côte d'Ivoire, on assista à :
- l'assaut final mené contre la résidence officielle du Président Laurent Gbagbo par l'armée française venue à la rescousse des troupes d'Alassane Ouattara ;
- l'instauration d'un régime basé sur la répression de l'opposition (emprisonnements, exil contraint, entraves au droit de manifester, etc.) et la prise en main totale des institutions par un clan  ;
- l'éloignement durable de deux grands leaders, le Président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé, remis aux mains de la CPI pour un procès interminable et totalement immérité.
 
"La souveraineté de la Côte d'Ivoire, c'est elle que je suis chargé de défendre, et elle, je ne la négocie pas", disait le Président Laurent Gbagbo dans son discours d'investiture le 4 décembre 2010.
Il ajoutait :
"Pour que notre souveraineté ne soit pas piétinée, n'appelons pas les autres à s'ingérer dans nos affaires !"
 
A la lumière de cette résolution, réécoutons la grande interview qu'il accorda par téléphone, quelques jours avant l'assaut de la résidence, à Vincent Hervouët, sur la chaîne française LCI.
Dans cet entretien, on voit Laurent Gbagbo, homme et responsable politique, résister aux pressions internationales visant à le pousser à se démettre de ses fonctions, alors que d'une part il a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, que d'autre part celui qui veut arracher le pouvoir coûte que coûte, au mépris des vies humaines, est bien Alassane Ouattara.
 

 

 

Les conséquences du 11 avril 2011 sont immenses. Elles ont marqué profondément le peuple ivoirien dans sa chair et dans son esprit collectif, la cohésion sociale ayant été durablement mise à mal.
Nous assistons depuis plus de 6 ans au théâtre d'ombres d'un procès autour de deux personnalités très importantes pour le destin de leur pays et, plus largement, de l'Afrique, raison pour laquelle ceux qui sont attachés à la démocratie et à la liberté doivent oeuvrer à leur libération.
 
Continuons à écouter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sur les évènements qui les ont amenés, de façon totalement scandaleuse, devant cette cour pénale :
 
Déclaration de Laurent Gbagbo devant la Cour Pénale Internationale le 28 février 2013 :
ou
 
Déclaration de Charles Blé Goudé devant la Cour Pénale Internationale le 2 février 2016 :
 
 
 

 

 

 


A l'invitation de la XXIIIe Conférence Rosa Luxemburg organisée à Berlin le 13 janvier 2018, Clotilde Ohouochi a délivré une communication sur le thème :
Rapport d'analyse de la politique de la France, de l'Allemagne et de la communauté internationale sur les "changements de régimes" en Afrique : cas de la Côte d'Ivoire.
 
Mme Ohouochi, aujourd'hui en exil, fut ministre de la Solidarité, de la Santé, de la Sécurité sociale et des Handicapés d'octobre 2000 à décembre 2005, puis chargée par le Président Laurent Gbagbo du dossier de l'Assurance Maladie Universelle. Elle est l'auteur des livres suivants :
Côte d'Ivoire : on ira jusqu'au bout !. - L'Harmattan, cop. 2013.
L'Assurance maladie universelle (AMU) en Côte d'Ivoire : enjeux, pertinence et stratégie de mise en oeuvre. - L'Harmattan, 2015.
 
Introduction et plan de la contribution :
Parler d'une conférence de Berlin réveille en moi un écho quelque peu douloureux, évoque un fait historique marquant pour le continent africain, à savoir la Conférence de Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885, convoquée par le Chancelier allemand Otto Von Bismarck, qui a définitivement scellé le sort de l'Afrique par le partage systématique de notre continent entre les Nations européennes. C'est au cours de cette conférence de Berlin qu'ont été édictées les règles officielles de la colonisation, évitant ainsi aux puissances coloniales engagées sur le terrain de s'empêtrer dans des situations conflictuelles. Les peuples et rois africains ont été tenus à l'écart de toutes les discussions relatives à l'entreprise coloniale.
Aujourd'hui le contexte est totalement différent. Cette Conférence Rosa Luxembourg à Berlin se présente à mes yeux comme le rendez-vous de la responsabilité et de la prise de conscience collectives, le carrefour du dialogue et de la solidarité pour insuffler le miracle du changement de paradigme dans les relations entre le Nord et le Sud.
Le thème qui m'est proposé, à savoir «Rapport d'analyse de la politique de la France, de l'Allemagne et de la communauté internationale sur les «changements de régimes» en Afrique : cas de la Côte d'Ivoire», est un sujet très vaste et complexe que je tenterai de circonscrire autour de 5 axes de réflexion. L’intérêt de cet exercice auquel je me plie avec joie, consiste à émettre un point de vue qui peut être différent du vôtre, afin de susciter le débat et l’enrichir. Je ne suis pas une spécialiste de la problématique proposée et n’ai la prétention de plaider ni à charge ni à décharge de qui que ce soit. J’évoquerai tout simplement avec vous mon vécu personnel et quelques éléments qui me semblent pertinents pour asseoir une bonne réflexion.
 
1-Une indépendance tronquée et inaboutie
2-L'ingérence directe des autorités françaises dans la crise ivoirienne de 2010-2011
3-La Côte d'Ivoire sous le néolibéral Ouattara : un colosse aux pieds d'argile
4-Et pourtant l'Afrique peut réussir...
5-Le recul de l'influence française en Afrique
 
 
La vidéo de l'intervention est destinée plutôt aux personnes comprenant l'allemand, la traduction couvrant la voix de la conférencière :

 

 

 

Durée totale : 29:06 mn ; l'intervention débute à 01:48 mn
Mise en ligne par Rosa-Luxemburg-Konferenz le 19 janvier 2018

 

 

 


Sur "Le Media TV", Théophile Kouamouo revient sur un épisode tragique de l'histoire de la Côte d'Ivoire et un jalon dans sa lutte pour une réelle indépendance : du 6 au 9 novembre 2004, l'armée française a tiré sur des manifestants ivoiriens aux mains nues, faisant des dizaines de morts et de blessés.

Son intervention commence à 19.13 mn.
 

 

 

Journal du vendredi 9 février 2018
(https://youtu.be/QCD7YjQqWHA)

 

 

 


DVD
GBAGBO CONTRE LA FRANCAFRIQUE
Commission d'enquête : 16 témoins interrogés par Michel Collon
(Paris le 22 avril 2017)

 

Que s'est-il vraiment passé en Côte d'Ivoire en 2010-2011 ? Pourquoi la France de Sarkozy a-t-elle choisi le nouveau président ? Quels intérêts économiques et stratégiques dans la région ? Pourquoi un tribunal européen juge-t-il un dirigeant africain ? Que se passe-t-il au procès ? Pourquoi le silence des médias ? Est-il possible de libérer Laurent Gbagbo, emprisonné à la Haye ?
 
Pour répondre à ces questions, Michel Collon interroge 16 témoins majeurs de la crise ivoirienne dans le cadre d'une ambitieuse et inédite commission d'enquête publique : Bernard Houdin, porte-parole Europe de Laurent Gbagbo, Mathilde Thepault, présidente de l'association "Halte aux génocides", Maîtres Habiba Touré, Seed Zehe et Séri Zokou, avocats, Toto Jérôme Balou-Bi, enseignant-chercheur et ex prisonnier politique du régime Ouattara, Albert Bourgi, professeur de droit, Bernard Genet, essayiste, Robert Charvin, juriste en relations internationales, Guy Labertit, ancien délégué Afrique du PS, Théophile Kouamouo et François Mattei, journalistes, Clothilde Ohouochi et Ahoua Don Mello, anciens ministres en exil, Aminata Traoré, ancienne ministre au Mali, écrivaine et Georges Peillon, ancien porte-parole de l'Armée française à Abidjan.
 
Le coffret de 2 DVD comprenant l'ensemble des interventions est vendu au prix de 15 €.
 
Pour se le procurer :
- Boutique "Investig'action" :
ou :
- Envoyer un e-mail à Célestine Dabah : celestine.dabah [at] gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1 2 3 4 5 6   Page suivante