La CPI en difficulté s'acharne contre Laurent Gbagbo Posté le 29/09/2017 - Par Admin 1 Actualité judiciaire

Le réexamen de la demande de mise en liberté provisoire du Président Laurent Gbagbo auquel a dû se livrer la Chambre de Première Instance, à la demande de la Chambre d'Appel, n'a malheureusement pas fait avancer la situation. Car les résultats des délibérations du 25 septembre 2017 sont identiques aux précédentes : toujours le refus, sous le même prétexte, à savoir que le Président Gbagbo pourrait chercher à s'enfuir !
 
Cependant, compte tenu du nombre d'années de détention provisoire déjà effectuées par Laurent Gbagbo et de la durée annoncée pour ce procès, la CPI sait pertinemment qu'elle est en face d'un grave problème ; d'autant que l'absence de preuves apparue au fil des témoignages de l'accusation met en évidence le caractère injuste de la détention prolongée d'une personne présumée innocente.
 
Dans cette bataille menée par une CPI instrumentalisée pour maintenir Laurent Gbagbo le plus longtemps possible éloigné de la vie civile, la Chambre a voté, comme la fois précédente, à la majorité de 2 contre 1, le rejet de la liberté provisoire.

 

Consulter le texte de la décision (PDF) :
La déclaration de désaccord du Juge-Président de la Chambre, M. Cuno Tarfusser :

 

Pour rappel, la CPI avait refusé par la Décision du 29 octobre 2014 au Président Gbagbo l'autorisation d'assister aux obsèques de sa mère décédée le 15 octobre de la même année.

 

 

 



Réagir

CAPTCHA